Sciences, normes, décision - Séverine Matthieu

Sciences, normes, décision

Accueil > Activités > Séminaires SND > Santé, Médecine, Décision > SMD 2013-2014

Séverine Matthieu

par Emilio Thalabard - publié le , mis à jour le

Jeudi 10 avril  : Séverine Mathieu, Professeure de sociologie, Université de Lille 1, membre du CLERSÉ (Lille 1 & CNRS). Dernier ouvrage paru : L’enfant des possibles. Assistance médicale à la procréation, éthique, religion et filiation , édition de l’Atelier, 2013.

[| « Le bricolage des normes. Les décisions dans l’assistance médicale à la procréation » |]

Actuellement en France, l’ensemble des enfants nés à la suite d’une assistance médicale à la procréation (AMP) représente 2,5% de l’ensemble des naissances. Si cette proportion n’est pas élevée, elle n’est pas négligeable pour autant, notamment au regard des questions sociologiques que soulèvent aujourd’hui les techniques d’AMP (levée de l’anonymat des dons de gamètes, insémination post mortem, accès à l’AMP des femmes célibataires et des couples homosexuels, gestation pour autrui -les « mères porteuses »- pour citer quatre des débats les plus saillants). Avec l’AMP, la médecine élabore une thérapeutique avec une visée nouvelle, la procréation. Désormais, il n’est plus nécessaire à un homme et à une femme de recourir à l’acte sexuel pour avoir un enfant. C’est une remise en cause profonde de la représentation de ce qui apparaissait comme intangible et à caractère divin. Comment, dans ce contexte, élaborer une éthique de l’AMP ? A partir d’une enquête de terrain de type ethnographique, on examinera les motivations des couples qui choisissent de recourir à l’AMP, ainsi que les délibérations des personnels soignants, dans leurs processus de décision visant à aider tel ou tel couple à procréer. Sur ces bases, on montrera comment s’élabore cette éthique de l’AMP et comment, partant, on envisage les multiples façons de faire famille aujourd’hui.

ACTUS SND

Rechercher