Sciences, normes, décision - Les incertitudes dans les sciences du climat et leur impact sur la décision (UCSID)

Sciences, normes, décision

Accueil > Activités > Colloques et bourses > 2015

Les incertitudes dans les sciences du climat et leur impact sur la décision (UCSID)

par Emilio Thalabard - publié le , mis à jour le

Date : 26-28 mai 2015 
Horaire : de 9h à 17h
Lieu : Maison de la recherche (28 rue Serpente 75006 Paris), salle D40


Organisation : Isabelle Drouet & Julie Jebeile


Intervenants invités :


Pascale Braconnot, LSCE, Tba


Mathias Frisch, University of Maryland, From Climate Models to Public Policy Advice


Johannes Lenhard, Universität Bielefeld, Uncertainty in Early and Contemporary Modeling


Jean-Charles Hourcade, CIRED, Tba


Katie Steele, London School of Economics, Can ‘good enough’ be better than ‘best’ ? : Satisficing decisions under severe uncertainty


Contributeurs :


Marina Baldissera, University of Pittsburgh, In what sense is uncertainty intrinsic to climate science ?


Seamus Bradley, Munich Centre for Mathematical Philosophy, Confidence from Robustness : A Cautionary Tale


Jay Geyer, University of Colorado at Boulder, Toward a Better Precautionary Principle


Casey Helgeson, Richard Bradley, LSE, Brian Hill, HEC Paris, Decision and Climate Change Assessments


Carlo Martini, University of Helsinki, Measuring risk by subjective indicators


Pascal Maugis, LSCE, Lionel Scotto D’Apollonia, GDR PARCS, Participative workshop : Towards a global citizen expertise integrating complex treatment of uncertainty ?


Kian Mintz-Woo, University of Graz, Moral Uncertainty in Climate Economics


Samsul Mujiharto, Gadjah Mada University, Scientific-Political Corridor for Climate Policy


Lionel Scotto D’Apollonia, GDR PARCS, The “communicative dissonance” of climate “alarm carriers”


Mariam Thalos, University of Utah, Policy decisions in the context of potential future “catastrophe”


Jacques Treiner, Sciences Po Paris, Playing around with climate numbers : a carbon budget approach


Descriptif :


De fortes incertitudes affectent notre connaissance du climat ainsi que du changement climatique et de ses conséquences socioéconomiques et écologiques. Ces incertitudes, qui doivent être prises en compte dans nos décisions environnementales, ont diverses sources : les erreurs de mesure dans la production des données d’entrée, les abstractions et idéalisations dans les modèles climatiques, les limites de la capacité des ordinateurs à résoudre les équations des modèles, et l’intégration de plus en plus complexe d’éléments physiques, biologiques, chimiques et économiques dans ces modèles.
Le colloque a pour objectif de caractériser ces incertitudes, et d’étudier comment elles sont et devraient être évaluées pour la prise de décision. Des aspects importants sont par exemple de savoir si les incertitudes devraient être évaluées de façon probabiliste, et comment des probabilités devraient être assignées aux hypothèses qui concernent le futur du climat ou les conséquences du changement climatique. Le GIEC est un objet d’investigation qui s’impose puisqu’il a pour objectif d’informer les décideurs des meilleures connaissances disponibles sur le climat, et présente une claire méthodologie pour estimer et exprimer les incertitudes.
Nous recherchons des contributions qui traitent des questions suivantes (sans que cette liste soit limitative) :
Est-ce que l’incertitude concernant le futur du climat peut être évaluée de façon probabiliste ?
Quel est ou quel devrait être le rôle de la robustesse des résultats de modèles dans l’évaluation des incertitudes ? Que pouvons-nous attendre d’une augmentation de la puissance de calcul des ordinateurs ?
Comment devrions-nous interpréter les probabilités qui affectent nos projections climatiques ? Quelle devrait être la part des méthodes bayésiennes pour traiter ces probabilités ?
L’évaluation des incertitudes concernant le futur du climat peut-elle être considérée comme le résultat d’un processus purement épistémique, ou est-ce que les normes ou valeurs sociales jouent un rôle ?
Comment les incertitudes peuvent-elles être prises en compte dans les décisions sur les questions environnementales et politiques ? Est-ce que les évaluations numériques sont toujours utiles ?
Comment les recommandations du GIEC sont-elles reliées aux théories normatives de la rationalité ?


 

ACTUS SND

Rechercher