Sciences, normes, décision - Journée Doctorale 2015

Sciences, normes, décision

Accueil > Activités > Séminaires SND > Séminaires doctoraux > 2015

Journée Doctorale 2015

par Emilio Thalabard - publié le , mis à jour le


19 juin 2015


Maison de la recherche, salle D223


Programme


8h45-9h00 : Accueil des participants.
9h00 – 9h40 : Nicolaï Abramovitch – L’impasse libérale. Ethique négative et pluralisme des valeurs.
9h40 – 10h20 : Xiaoxing Zhang – L’expérience mystique et la connaissance de Dieu.
10h20 -11h : Olivier Waymel – La philosophie face au tableau naturaliste de la réalité
11h00-11h15 : Pause
11h15-11h55 : Thomas Constant – Enjeux et problématiques de conception d’un jeu sérieux pour la prise de décision.
11h55-12h35 : Juliette Ferry - Les critiques du modèle biomédical en question.
12h35-13h30 : Pause déjeuner
13h30-14h10 : Guillaume Blot – Les moteurs de recommandation sous l’influence de la popularité.
14h10 – 14h50 : Jacopo Benedetti – Michael Blome-Tillman et la révision du contextualisme épistémique de David Lewis.
14h50 - 15h30 : Samir Blakaj – La vacuité de la connaissance de soi.
15h30 – 15h45 : Pause
15h45 – 16h25 : Abraham Sapien Cordoba - Nuances du désir : une théorie du plaisir et du déplaisir sensoriel.
16h25 – 17h05 : Felipe Bravo – What numbers could not be : Indétermination ontologique et pratique mathématique.
17h05 : Conclusion de la journée.


Résumés des communications


Thomas Constant - Enjeux et problématiques de conception d’un jeu sérieux pour la prise de décision


 Notre recherche questionne les enjeux relatifs à la conception de jeux sérieux permettant au joueur/apprenant de mieux comprendre la manière dont il prend une décision. La dimension analytique est au cœur des problématiques de jeu : quelles sont les mécaniques qui permettraient de faire prendre conscience au joueur de son comportement comme décideur ? Notre proposition est de questionner le jeu vidéo comme outil favorisant la mise en perspective de la prise de décision du joueur.


 


Guillaume Blot - Les moteurs de recommandation sous l’influence de la popularité.
Confrontés que nous sommes à l’explosion combinatoire des ressources numériques, les systèmes de recommandation sont conçus pour nous assister dans nos choix. La popularité des ressources y joue souvent un rôle clé, bien que parfois implicite. A travers l’étude comparative des grandes familles de méthodes de recommandation, nous aurons l’occasion de poser la question de la nature exacte de la notion de popularité. Comment se crée la popularité ? De quelle manière influence-t-elle la recommandation ? Une ressource non populaire est-elle une ressource recommandable ?


 


Abraham Sapien Cordoba - Nuances du désir : une théorie du plaisir et déplaisir sensoriel


Je vais expliquer les expériences sensorielles affectives, c’est-à-dire, les sensations qui sont plaisantes ou déplaisantes, en me concentrant sur l’approche du Christopher Heathwood (2007) sur le désir. Premièrement, je vais distinguer trois types du plaisir (plaisir propositionnel, jouissance ou enjoyment et plaisir sensoriel) et je vais analyser si cette distinction et aussi pertinente pour les expériences désagréables. Deuxièmement, j’analyserai l’approche de Heathwood par rapport au plaisir et déplaisir sensoriels. Finalement, je répondrai à deux problèmes de sa théorie : 1) une dilemme d’Euthyphron et 2) la distinction entre la douleur et le reste de sensations désagréables.


 


Juliette Ferry – Les critiques du modèle biomédical en question


L’un des sujets d’intérêt de la philosophie de la médecine parmi les plus récents porte sur le supposé défi posé par les approches narratives et phénoménologiques au modèle biomédical traditionnel. Ces approches, directement influencées par la philosophie continentale, font figure de proue dans un mouvement plus général en philosophie qui consiste à regretter un défaut « d’humanité » dans la médecine moderne occidentale. Globalement accueillie positivement et avec sympathie, cette littérature entend apporter des réponses au désenchantement et à la crise de confiance actuels que rencontre la médecine. Le but de mon exposé sera de questionner le consensus mou qui s’est formé autour de cette critique de la biomédecine. Pour cela je distinguerai trois façons principales de critiquer le modèle biomédical (et se faisant de le définir) ainsi que leurs limites. Comme nous le verrons ces critiques sont généralement incompatibles et de qualités très variables.


 


Jacopo Benedetti – Michael Blome-Tillman et la révision du contextualisme épistémique de David Lewis.


On analysera le contextualisme épistémique de Michael Blome-Tillmann et son remplacement de la ’règle d’attention’ de Lewis par la ’règle de présupposition’, avec une attention particulière aux articles ’Presuppositional Epistemic Contextualism and the Problem of Known Presuppositions’ et ’Ignorance, Presuppositions and the Simple View’. On essaiera donc de montrer certaines des difficultés liées à cette stratégie pour échapper au scepticisme.


 


Samir Blakaj – La vacuité de la connaissance de soi


A venir


 


Nicolaï Abramovitch- L’impasse libérale. Ethique négative et pluralisme des valeurs


Le libéralisme contemporain cherche à répondre au problème de la réalisation politique de l’individualisme moral. La justification rawlsienne du libéralisme politique comme système rationnel ou raisonnable universel se heurte à la critique communautaire qui prend la communauté comme point de départ des valeurs. De son côté, le communautarisme doit faire face au risque de relativisme moral. Le libéralisme peut-il surmonter cette contrainte logique et effective ? L’éthique négative propose une alternative qui part du pluralisme des valeurs comme fait et comme valeur. Cette approche propose un libéralisme négatif qui fait de la lutte contre le mal la valeur négative universelle justifiant ce système politique et capable de proposer une théorie de la société juste.


 


Xiaoxing Zhang – L’expérience mystique et la connaissance de Dieu


Les expériences mystiques religieuses sont abondamment rapportées dans le monde entier. Les philosophes ont tenté depuis longtemps de comprendre si ces expériences peuvent servir à justifier nos croyances religieuses. En effet, de même que nos impressions visuelles peuvent justifier nos opinions quotidiennes, les expériences par lesquelles nous semblons connaître Dieu sont également susceptibles de soutenir l’idée que Dieu existe. William Alston a récemment proposé une étude de systématique dans le cadre de ce projet, qui est pourtant attaqué depuis plusieurs perspectives. Je défendrai Alston en montrant comment les défauts de son projet sont dus au fait qu’il a seulement adopté une partie de la doctrine religieuse. Je montrerai comment les critiques peuvent être réfutées en présupposant la totalité de la doctrine religieuse concernée, et pourquoi cette position est préférable à l’approche originaire d’Alston.


 


Olivier Waymel - La philosophie face au tableau naturaliste de la réalité.

Dans cet exposé, je me propose de réfléchir, en m’appuyant sur les réflexions de Thomas Nagel, sur la question de la nature des limites que rencontre l’entreprise naturaliste. Je voudrais d’une part montrer que la métaphysique, au moins depuis l’avènement de la science moderne, peut être définie comme une réflexion sur ces limites, et d’autre part établir les bénéfices que la philosophie peut tirer de cette compréhension d’elle-même pour le traitement de ses problèmes.

ACTUS SND

Rechercher