Sciences, normes, décision - Juliette Ferry

Sciences, normes, décision

Accueil > Membres > Doctorants

Juliette Ferry

par Ludivine Thiaw-Po-Une - publié le

Directeur : Daniel Andler

Titre de la thèse : Une critique de l’humanisme en médecine

Date d’inscription : septembre 2014

Résumé de la thèse : Que signifie humaniser la médecine  ? Ma thèse se présente d’abord comme une critique au sens où j’étudie, circonscris et souligne les mérites des approches de la médecine dites humanistes. Proches du milieu des humanités médicales, ces approches humanistes visent à remettre en question ce qu’elles appellent le modèle biomédical, c’est-à-dire un certain type de rationalité. J’étudie plus particulièrement des approches qui ont récemment gagné en popularité  : la médecine narrative et les approches phénoménologiques et herméneutiques de la médecine. Selon la médecine narrative, l’attention au fond et à la forme des récits des patients permettrait l’avènement d’une médecine à la fois plus efficace et plus «  humaine  ». Pour les partisans de la phénoménologie, il s’agit d’utiliser une certaine approche philosophique pour étudier l’expérience singulière de la maladie. Ma thèse est ensuite une critique au sens où je souligne les limites de certains arguments et thèses de ces approches, dans une volonté de dépasser ce qui s’apparente à un consensus mou. Par exemple, la critique du modèle biomédical est-elle pertinente ou s’appuie-t-elle au contraire sur un malentendu ou un homme de paille  ? La phénoménologie de la médecine s’appuie-t-elle sur un cadre phénoménologique véritable ou au contraire sur une certaine idée, diluée de la phénoménologie  ? Une large partie de mon travail s’intéresse en outre au traitement des notions d’empathie et d’émotion. Humaniser la médecine, est-ce simplement donner une place à l’empathie dans la rencontre clinique  ? N’est-ce pas problématique d’exiger un engagement émotionnel de la part de professionnels de santé  ? A partir de ces critiques, je développe une approche humaniste qui propose de corriger et de compléter les approches existantes. Cette nouvelle approche s’appuie sur une définition plus large de la médecine et propose de replacer la question de sa «  déshumanisation  » à un niveau inexploré jusqu’alors dans la littérature, celui des systèmes de santé. Mon approche entend ainsi donner une nouvelle dimension, notamment éthico-politique, au terme d’ « humanisme  ». 

Mots-clés : Philosophie de la médecine – philosophie générale des sciences – phénoménologie et narration – humanisme – empathie

Situation actuelle : contrat doctoral

ACTUS SND

Rechercher